Les blattes :

 

Appartiennent à l'ordre des blattoptères (Blattodea). La classification de ces groupes est encore sujette à différentes hypothèses. L'une d'entre elles voudrait qu'ils soient inclus avec les mantes dans l'ordre des Dictyoptera. D'autres voudraient les séparer complètement, les blattes faisant partie de l'ordre des Blattodea et les termites de l'ordre des Isoptera. Cependant, les dernières recherches sur la génétique de ces groupes suggèrent qu'ils ont évolué d'un ancêtre commun et qu'ils sont ainsi fortement liés.

La blatte est aussi appelée cafard ou cancrelat en Europe, coquerelle au Québec et ravet aux Antilles. Ces insectes sont considérés comme nuisibles à cause des mœurs de certaines de ses espèces.

Les espèces dites nuisibles sont synanthropes et on les retrouve principalement dans les cuisines ainsi que dans les vides ordures et locaux à poubelles où elles se nourrissent des déchets des humains

 

Blatte Germanique

Blatte Orientale

Espèces nuisibles :

 

Par ordre d'importance, on retrouve la blatte germanique (Blattella germanica), la blatte orientale (Blatta orientalis), la blatte américaine (Periplaneta americana) et la blatte à bande brune (Supella longipalpa).

Les espèces nuisibles qui se retrouvent dans les habitations se nourrissent des différents aliments qu'ils peuvent trouver. Ils peuvent devenir très nombreux et dégager une odeur nauséabonde. Ils peuvent également être porteurs de microbes et provoquer des allergies chez l'homme.

Ces insectes présentent des comportements grégaires et ils peuvent se retrouver en grand nombre. Les coquerelles sécrètent des phéromones par le rectum et ils s'en retrouvent dans les fèces. Cette substance odorante incite les individus d'une même espèce à se regrouper. Certaines phéromones ont un large spectre et ne sont donc pas spécifiques à une seule espèce. Lors d'une infestation, les abris où leurs excréments sont abondants apparaissent (en anglais un Fecal Focal Point). L'abondance des excréments et des phéromones semble être très attractive pour les blattes.

Expérimentalement, on observe que les blattes se développent moins vite lorsqu'elles sont isolées. De plus, les cafards se nourrissent davantage en présence de cette phéromone. Chez les Blattes, le concept de hiérarchie ou de spécialisation des tâches est inexistant.

 

Blatte Americaine

Blattes Rayée

Reproduction et développement :

 

Les membres de cet ordre ont un développement hémimétabole qui se compose en trois étapes principales : l'œuf, la nymphe et l'adulte. La nymphe est relativement similaire à l'adulte. Elle est cependant plus petite, ses ailes ne sont pas développées et ses organes sexuels ne sont pas encore à maturité. Dans certaines cas, elles ont une coloration différente des adultes. Au cours de sa croissance, elles ressembleront de plus en plus à l'adulte et c'est à leur dernière mue, que les ailes finissent par se déployer complètement (chez les espèces à longues ailes).

Pendant la période de reproduction, les cafards femelles émettent des phéromones pour attirer les mâles. Chez certaines espèces, les mâles pratiquent une parade nuptiale qui se compose par une série de mouvements des appendices et par la création de son par stridulation. À l'accouplement, le mâle et la femelle sont inversés et les pièces génitales sont en contact direct. Certaines espèces sont connues pour pratiquer la reproduction par parthénogenèse.

Certaines espèces de blattes, comme Gromphadorhina portensa, sont ovovivipares

Selon les espèces, la femelle peut pondre une oothèque pouvant contenir en moyenne entre 12 à 25 œufs. Chez la blatte germanique (Blattella germanica) , la femelle peut pondre entre 3 et 6 oothèques et chacune d'elles peut contenir jusqu'à 50 œufs. L'incubation est variable selon l'espèce et les conditions environnementales. Chez certaines espèces, la femelle dépose l'oothèque directement sur le substrat ou le cache à l'intérieur d'une crevasse. D'autres le portent sous leur abdomen à l'aide de leurs pattes jusqu'à l'éclosion des œufs. On retrouve également des espèces qui pratiquent l'ovoviviparité. Ces blattes incubent l'oothèque à l'intérieur de leur abdomen jusqu'à l'émergence des petits. Chez Blattodea, le genre Diploptera est le seul connu à pratiquer la viviparité.

Les nymphes sont d'abord de coloration blanchâtre et translucide à l'émergence. Après quelques heures, ils deviennent plus foncés. La durée du développement est variable d'une espèce à l'autre et dépend des conditions environnementales. Elle est généralement lente et peut prendre quelques mois à plus d'un an. En laboratoire, les adultes de certaines espèces ont survécu pendant près de quatre ans.

 

Control 3D

Professionnels du Pest Control à votre service

Téléphone : 09 86 55 70 71

Fax : 09 81 40 04 12

16, rue des Louveries
78310 Coignières, France

Intervention sur l'ensemble de Paris

et de l'Ile De France